Édito et FIP du 4 novembre 2018

Feuille d’information paroissiale du dimanche 4 novembre 2018

 

 

« Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur,
tu aimeras ton prochain comme toi-même. »

Qui est mon prochain ? Celui que j’approche, dont je sens la souffrance, la misère, celui dont je me fais proche.

Comment faire pour aimer mon prochain ? L’aimer n’est pas que compatir, c’est être animé par l’amour surnaturel du Christ, c’est vivre la vie de Jésus dans le monde, c’est être l’instrument de l’amour de Dieu, une facette du visage du Christ. Pour cela il suffit, selon saint Vincent de Paul, de se poser cette question :  « Seigneur, si vous étiez à ma place, comment feriez-vous ? » Regardons Jésus : il va au-devant de Madeleine que l’on s’apprête à lapider, de la samaritaine à la vie dissolue, de l’infirme délaissé au bord de la piscine, des lépreux que l’on fuit, de la veuve de Naïm qui ne demande rien.

Nous croisons ces hommes épuisés, laissés pour compte ou déracinés, ceux qui sont sans toit ni travail, qui n’ont personne pour les aimer : « je ne sers plus à rien ni à personne ! », cri de désespoir. Nous côtoyons la pauvreté matérielle, sociale, morale : les isolés qui n’ont personne à qui parler parce qu’ils sont âgés ou ennuyeux, ceux qui sont depuis trop longtemps malades, ceux qui vivent des séparations douloureuses. Conseils et nourriture sont importants, certes, mais ils ont faim de reconnaissance, faim d’un regard qui ne juge pas mais dans lequel ils peuvent voir qu’ils sont aimés. Nous éprouvons souvent des sentiments de pitié, d’amour, mais, confrontés à des occasions d’agir, on est à court d’idées ou d’action.

Nous ne pouvons pas matériellement répondre à toute détresse, mais nous pouvons accompagner leurs souffrances et rester présents en vivant silencieusement auprès d’eux le mystère de la Croix.

Soyons donc attentifs. Que le regard que nous posons sur eux aille directement à notre cœur et ensuite l’intelligence suivra. L’amour du prochain nous relie à Dieu, c’est Dieu lui-même qui vient aimer en nous. Si vraiment chacun de nous a compris cela, « il n’est pas loin du royaume de Dieu. »

 

 Danièle Boulay, responsable de “Naïm” 

 


 
Likez et partagez notre page Facebook, pour être informés de notre actualité!