Édito et FIP du 3 mars 2019

Feuille d’information paroissiale du dimanche 3 mars 2019

 

« Commencer par le bas »

Dans les premiers mois de son pontificat, le pape François avait eu des paroles dont on ne cesse de découvrir la pertinence. « Je vois avec clarté que la chose dont a le plus besoin l’Église aujourd’hui, c’est la capacité de soigner les blessures et de réchauffer le cœur des fidèles, la proximité, la convivialité. Je vois l’Église comme un hôpital de campagne après une bataille. Il est inutile de demander à un blessé grave s’il a du cholestérol et si son taux de sucre est trop haut! Nous devons soigner les blessures. Ensuite nous pourrons aborder le reste. Soigner les blessures, soigner les blessures… Il faut commencer par le bas. »

Le bas, nous y sommes précisément ; chaque semaine nous saisit l’impression de franchir un palier supplémentaire dans l’horreur et la honte. Et l’on s’inquiète légitimement : jusqu’où le mal est-il présent ? Quelle sera l’ampleur de ses dommages ?

Le pape François n‘imaginait sans doute pas que la capacité à soigner de l’Eglise et à réconforter serait à ce point mise à l’épreuve. Soigner les blessures, soigner les blessures… Telle doit être notre obsession. Blessures des victimes devant être entourées d’une infinie compassion et délicatesse ; blessures du Peuple de Dieu se sentant trahi et en même temps souffrant d’une indicible solidarité ; blessures des femmes et des hommes de bonne volonté ayant de l’estime pour l’Église et plaçant en elle une part de leur espérance.

Soigner les blessures, est un appel adressé à chacun de nous, sans distinction. Les sacrements de guérison ne sont pas les seuls moyens dont nous disposons. Avant tout, c’est la prière, unie au Christ souffrant en son Corps, qui viendra à bout de tous ces désordres et de notre trouble ; il n’y a en effet que la prière qui soit en mesure de chasser les esprits les plus mauvais et surtout d’ouvrir les cœurs au Saint Esprit.

Alors, frères et sœurs, à quelques jours de notre entrée en carême, prions, prions sans cesse et plus que jamais, afin que soient déposées dans tous les cœurs, miséricorde et confiance qui font et feront toujours la sainteté de notre Église.

 

Père Pierre Labaste

 

 


 
Likez et partagez notre page Facebook, pour être informés de notre actualité!