Édito et FIP du 31 mars 2019

Feuille d’information paroissiale du dimanche 31 mars 2019


 

“Quand il était encore loin…”

La parabole du fils prodigue mérite d’être appelée “la parabole du Père miséricordieux”. Car l’accent n’est plus mis sur les fautes, le péché, mais sur le pardon et la miséricorde. Cette parabole nous montre combien notre Dieu est plein d’amour. Mais en même temps, elle montre la faiblesse et la misère de l’homme sans Dieu. Comme Adam et Eve ont voulu vivre sans Dieu en refusant d’être obéissant au Père, ce fils aussi veut prendre sa liberté en se détournant de son père. Il part pour un pays où l’amour de Dieu n’existe pas. Or notre Dieu est Amour. Partir loin de lui, c’est aller à notre perte. Là, ce fils reconnaît sa misère. « Combien d’ouvriers de mon père ont du pain en abondance, et moi, ici, je meurs de faim ! ». Cette confession du fils exprime bien la misère de l’homme sans Dieu. Tous les hommes ont faim de l’Amour vrai que seul Dieu peut leur donner.

La seule chose que ce fils a fait de bien, c’est qu’il a décidé de retourner vers son père : « j’irai vers mon père, et je lui dirai : Père, j’ai péché contre le ciel et envers toi ! » Nous sommes tous pécheurs. Notre foi, c’est de croire que l’Amour de Dieu est infiniment plus grand que nos péchés. Si nous ne le croyons pas, nous nous éloignons encore plus du Père, au pays des ténèbres. Confiance en cet Amour de Dieu ! Quand ce fils a décidé de revenir, quand il était « encore loin », ce bon Père « l’aperçut et fut saisi de compassion ; il courut se jeter à son cou et le couvrit de baisers ».

Notre Dieu est un Dieu qui pardonne et qui a toujours les bras ouverts pour nous accueillir. En ce temps de carême, demandons-lui la grâce de rester toujours fidèle à notre engagement baptismal.

 

Père Joseph HA

 

 Likez et partagez notre page Facebook, pour être informés de notre actualité!