Editorial du dimanche 12 juin 2016

Témoins de la miséricorde, libérons l’AMOUR !

 

Jésus se laisse inviter par un notable.

Il entre, aussitôt on le fait passer à table.

Survint une intruse informée… notoirement connue

comme « pécheresse », qui file aux pieds de Jésus.

 

Tout en pleurs, elle se tient derrière lui, décidée,

et sans un mot, mouille de ses larmes ses pieds,

choisit de les essuyer avec ses cheveux,

les couvre de baisers et verse du parfum sur eux !

 

Sans doute se sait-elle déjà pardonnée,

sinon, pourquoi prendre un tel risque et s’afficher … ?

C’est sa confiance en Lui, que Jésus admire,

qui la fait répandre, pleurs, gestes tendres et la “myrrhe” !

 

Simon, lui, est prêt à porter un jugement :

« si cet homme était prophète », pense t-il fortement,

il ne se laisserait pas toucher par cette brebis perdue »…

Mais c’est justement pour les sauver qu’Il est venu !

 

Pour lui faire saisir, Jésus prend une parabole piquante :

deux débiteurs, l’un doit cinq cents, l’autre cinquante ;

le maître fait grâce aux deux… Qui l’aimera davantage ?

« Celui à qui on a remis le plus », répond-il en sage !

 

Soulignant le peu d’accueil qu’il lui a réservé :

Réalise : « ses nombreux péchés sont pardonnés »

car, tu l’as vue : « elle a montré beaucoup d’amour ! »

« Celui à qui on pardonne peu, montre peu d’amour ! »

 

Jésus dit à la femme « Ta foi t’a sauvée,

va en paix »… Mais qui peut pardonner les péchés ?

Jésus peut, comme ses disciples, pour toujours.

Témoins de la miséricorde, libérons l’AMOUR !

Père Bernard Quéruel