Editorial du 3ème dimanche de l’Avent

QUI C’EST CELUI-LÀ ?

Ils ne sont pas n’importe qui, ceux qui viennent interroger Jean-Baptiste ! Les prêtres et les lévites (= les descendants de la tribu de Lévi, chargés de la police du Temple et de la gestion des offrandes), et qui plus est envoyés de la part des pharisiens : on trouve là tout ce que le petit univers religieux gravitant autour du Temple de Jérusalem comptait comme autorités incontestables et incontestées.

En fait, comme Hérode et tout Jérusalem au moment de la naissance de Jésus (cf. Mt 2,3), tous ces notables de la religion ont peur : ce trublion de Jean Baptiste vient perturber leur belle organisation. Il est pourtant issu de leur monde (Zacharie, le père de Jean, était prêtre du temple), mais il perturbe leur mécanique bien huilée. La religion, c’est l’ordre ! Passe encore que Jean se soit installé tout là-bas, aux fins fonds du désert, à la frontière des terres païennes, après tout, si ça l’amuse, cela ne dérange personne. Mais voilà que les foules viennent à lui, et cela, c’est très ennuyeux car ce personnage est totalement incontrôlable … Il dérange.

Alors, toutes affaires cessantes, on veut savoir qui il est, quels sont ses projets, ce qu’il veut, bref on lui demande quasiment diplômes, C.V. et lettre de motivation : c’est bien connu, quand on réussit à mettre les gens dans une case, ils deviennent inoffensifs. Il faut juste savoir quelle étiquette on va pouvoir leur coller afin de mieux les contrôler.

Mais Jean-Baptiste, c’est l’homme de l’appel et non l’homme du passé, c’est l’homme de la conversion et non celui de la tranquillité. Il n’y pas de formule toute faite pour le définir. Il est là pour annoncer Celui qui ouvre l’avenir à l’humanité. Il nous dit que pour accueillir Celui qui vient, il faut sortir des définitions de catéchisme : “au milieu de vous se tient Celui que vous ne connaissez pas.” Il faut changer de regard, il faut apprendre à voir. Comme il faut apprendre à voir pour reconnaître le Dieu Très-Haut dans l’enfant de la crèche.

Au milieu de vous se tient Celui que vous ne connaissez pas. Si la religion, c’est l’ordre, la foi, c’est la recherche incessante. Entendrons-nous le Baptiste?

Père Philippe BERNARD